25.12.2012

35-Les mots et expressions de chez nous

35- BOUFANELLES, sarments et souquets

Une fois n’est pas coutume, voici des mots typiquement locaux, issus de la viticulture et qui plus est, sont en ce moment d’actualité puisque dans les vignes, les travaux de taille sont largement entamés.

Mais alors qu’avant, pendant que le vigneron taillait, bien souvent, son épouse façonnait de ses mains les  « boufanelles », fagots de sarments utilisés soit dans l’âtre de la cheminée pour lancer le feu, soit dans le barbe-cul pour faire les grillades parfumées  au thym et romarin de chez nous, bien sûr !

Et ce mot est indissociable de son compagnon : « les souquets », ces gros rejetons situés sur les ceps et devenus inutiles et que le vigneron taille pour donner de la force au pied.

Les deux mots : « boufanelle » et « souquets »  sont très utilisés, mais malheureusement plus personne ou si peu, n’en façonne, et je ne vous dis pas le prix chez les rares  distributeurs locaux ! Il ne reste qu’à aller les ramasser et à confectionner les « boufanelles » pour les grillades de l’été.

Pour la confection précise des «boufanelles » nous y reviendrons dans un prochain papier.

Mais, à Narbonne-Plage et sur le littoral, quand les routes côtières n’existaient pas, les autos de l’époque empruntaient les pistes de sable fin et certaines fois l’enlisement était inévitable ! Nous, nous le savions, mais combien de « parisiens » (appellation moqueuse de toute personne habitant au-dessus de Avignon) se sont faits prendre au piège. L’indigène averti avait toujours dans ces cas-là, une « boufanelle » dans la malle de sa voiture et se faisait un doux plaisir de montrer son ingéniosité en glissant une « boufanelle » sous les roues motrices afin que la voiture redémarre.  

Autre utilisation : quand on fait sécher au frigo, un jambon, afin qu’il s’égoutte sans tremper dans son jus on utilise des sarments comme support, évidemment non traités pour poser sous la viande. De même pour le magret de canard que l’on fait sécher salé et poivré, on glisse deux ou trois sarments sous la viande, le gras restant dessus, afin que l’air puisse bien circuler et sécher naturellement l’ingrédient de vos futures salades.

Les commentaires sont fermés.