22.05.2012

Un silence rempli de poésie

Lecture devant le public.jpg

Les poètes brisent le silence.


C 'est dans un décor original, celui d'un bureau de vote, que s'est déroulé le dernier Lundi Poétique à la salle Monfreid; décor qui rappelait que la poésie n'est pas totalement déconnectée de la vie réelle... Ces isoloirs, qui formaient le fond de scène, se prêtaient bien au thème proposé : le silence.Poésie du silence. S'isoler, pour faire des choix, pour réfléchir, peser ses décisions, c'est finalement entrer dans le silence pour mieux se retrouver face à soi-même. Les poètes avaient puisé dans leurs écrits des textes sur la nature - une sujet qui revient souvent sous la plume - l'absence de bruit lié à l'éloignement des villes et de leurs nuisances. Le désert, les grands espaces vierges de présence humaine ont été décrits, avec cette interrogation : reste-t-il sur notre planète des havres de silence, des coins épargnés par la voracité industrielle et possessive des humains ? D'autres poèmes ont parlé du silence solitude, absence et souffrance de la perte d'un être cher. Mais aussi silence bénéfique, en retrait de l'agitation et du stress, silence refuge propice à la méditation, au ressourcement intérieur, et à l'écriture pour celui qui s'isole pour transcrire sur la page ses paysages intérieurs.

M.A. Balbastre a présenté le livre d'Ingrid Betancourt « Même le silence a une fin », récit des six ans de captivité de la franco-colombienne. Ce titre est un vers du poète chilien Pablo Neruda (1904-1973) qui reçu le Prix Nobel en 1971. Face à la brutalité et à l'arbitraire, le silence peut être une arme de résistance, une force intérieure qui loin d'être résignation est une protection de sa liberté, « la conscience d'être encore vivant ».

En dernière partie de la soirée, Françoise Delmon a, elle aussi, expliqué le choix du titre de son livre « Le silence peuplé », qui raconte l'histoire d'un blessé de la guerre de 1914 emmuré dans sa solitude parce que défiguré à vie. C'est un autre aspect de ce thème que la romancière a développé avec une grande aisance, thème à rapprocher de celui de la différence, l'acceptation de l'autre. Le deuxième roman de Françoise Delmon « Le sourire des anges », traite d'un sujet tout aussi grave, l'enfance maltraitée, mais sous l'aspect allégé d'une intrigue policière.
Le silence n'a donc pas été vraiment de rigueur à la salle Monfreid ce lundi !


Prochain « Lundi Poétique » : 4 juin avec Gérard Franco comme invité, auteur de « Ma thérapie ». Renseignements tél. 06 76 77 52 78, www.poesie-terpsichore.eu .

devant le public.jpg

F. Delmont devant l'isoloir.jpg

2012 NP av 20.jpg

2012 NP av 18.jpg

 

 


 

Les commentaires sont fermés.